Syrie: Au moins trois morts à Alep samedi matin

© 2012 AFP

— 

Au moins trois personnes ont été tuées samedi dans l'explosion d'une bombe au passage d'un bus à la périphérie de la ville d'Alep, deuxième ville de Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Au moins trois personnes ont été tuées samedi dans l'explosion d'une bombe au passage d'un bus à la périphérie de la ville d'Alep, deuxième ville de Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). — Joseph Eid afp.com

Au moins trois personnes ont été tuées samedi dans l'explosion d'une bombe au passage d'un bus à la périphérie de la ville d'Alep, deuxième ville de Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Au moins trois personnes ont été tuées, et le bilan devrait s'alourdir selon les premières informations. La bombe a explosé dans la région de Tall al-Zarazir, à la périphérie d'Alep au passage d'un bus», a indiqué à l'AFP le président de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, sans être en mesure de préciser si les victimes étaient des civils ou des militaires.

Funérailles de neuf civils

Par ailleurs, les funérailles de neuf civils tués vendredi par les forces gouvernementales à Damas étaient prévues samedi, a indiqué le Conseil national syrien (CNS), principale composante de l'opposition, qui a demandé aux observateurs de l'ONU d'y assister. Le CNS a appelé dans un communiqué les observateurs, qui surveillent depuis le 16 avril le cessez-le-feu violé quotidiennement, à se rendre samedi dans les quartiers d'al-Tadamone et de Kafar Soussé à Damas où «auront lieu les funérailles des martyrs tués vendredi». «Les funérailles qui auront lieu dans ces deux quartiers montreront au régime que Damas n'est pas une ville neutre comme il le prétend», affirme le CNS. Il a dénoncé le fait que les forces gouvernementales «répondent par le feu et la répression sanglante aux revendications des manifestants».

Les neuf civils ont été tués lors de manifestations et de funérailles à Kafar Soussé et Al-Tadamone, un des bilans les plus lourds à Damas dans la répression du mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad, lancé en mars 2011. Vingt autre civils ont péri vendredi dans différentes provinces du pays (Homs, Hama, Alep, Idleb, Deir Ezzor, Deraa et dans la région de Damas), malgré la présence des observateurs.