Tunisie: La chaîne Nessman condamnée à une amende après la diffusion de «Persepolis»

Reuters

— 

La justice tunisienne a prononcé ce jeudi une amende de 2.400 dinars (1.200 euros) à l'encontre de Nabil Karoui, le directeur de la télévision privée Nessma jugé pour blasphème après la diffusion en octobre de Persepolis.

Dans ce film d'animation de Marjane Satrapi figure une représentation d'Allah, ce qu'interdit l'islam. Nabil Karoui risquait une peine de trois ans de prison. Cette diffusion avait provoqué de vives tensions entre partisans de la laïcité et islamistes en Tunisie.

Amnesty International avait demandé la levée des charges pesant contre Karoui, à l'instar de la classe politique laïque tunisienne, qui avait défendu le directeur de Nessma tout au long du procès.