Chine: Les Etats-Unis prêts à aider le militant Chen s'il veut quitter le pays

DIPLOMATIE Selon un responsable américain, la position du militant n'était pas claire à son départ de l'ambassade américaine...

© 2012 AFP

— 

Les Etats-Unis sont prêts à aider le militant des droits civiques Chen Guangcheng s'il a changé d'avis et veut désormais quitter la Chine, a déclaré jeudi un responsable américain
Les Etats-Unis sont prêts à aider le militant des droits civiques Chen Guangcheng s'il a changé d'avis et veut désormais quitter la Chine, a déclaré jeudi un responsable américain — afp.com

Les Etats-Unis sont prêts à aider le militant des droits civiques Chen Guangcheng s'il a changé d'avis et veut désormais quitter la Chine, a déclaré ce jeudi un responsable américain. «Nous n'avons pas encore tous les éléments», a déclaré ce responsable, qui a ajouté que les Etats-Unis allaient «voir si sa position a changé et ce qu'il veut maintenant». Ensuite, «nous ferons tout notre possible pour l'aider à arriver à ses fins», a-t-il ajouté.

Le responsable, qui a requis l'anonymat, n'a pas voulu dire si Washington serait prêt à accorder à Chen l'asile politique, expliquant que la position du militant -qui s'était réfugié pendant six jours à l'ambassade avant d'en ressortir mercredi- n'était pas claire. L'avocat aveugle, champion de la lutte contre les avortements forcés a affirmé ce jeudi à l'AFP: «Je ne me sens pas en sécurité, je veux quitter la Chine», une journée après avoir obtenu des «garanties» de la Chine sur sa sécurité s'il restait.

«Je veux partir à l'étranger. Je veux que les Etats-Unis nous aident, moi et ma famille. Ils m'ont aidé avant», a dit Chen, interviewé par téléphone à l'hôpital de Pékin où il a été admis pour une blessure au pied mercredi.

Chen n'a «jamais été poussé» à quitter la mission diplomatique américaine

L'ambassadeur américain Gary Locke a de son côté assuré que Chen n'a «jamais été poussé» à quitter la mission diplomatique des Etats-Unis. «Je peux vous affirmer sans équivoque qu'il n'a jamais été poussé à partir (de l'ambassade). Il était content à l'idée de partir, il en avait envie», a-t-il déclaré à des journalistes en marge du «dialogue stratégique et économique» annuel entre les Etats-Unis et la Chine qui s'est ouvert ce jeudi matin dans la capitale chinoise.

L'ambassadeur a précisé que des responsables américains avaient écouté une partie d'une conversation téléphonique entre Chen et son épouse peu avant qu'il décide de quitter l'ambassade. «Elle l'implorait de venir à l'hôpital pour retrouver sa famille et lui disait qu'il y aurait toujours des impondérables mais qu'ils devaient faire le premier pas», a détaillé Gary Locke.