Fuite du dissident Chen Guangcheng: Le ton monte entre la Chine et les Etats-Unis

MONDE En déplacement à Pékin, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton va devoir s'expliquer sur ce que les autorités chinoises qualifient d'«ingérence»...

C.C. avec Reuters

— 

L'ambassade des Etats-Unis à Pékin, le 29 avril 2012.
L'ambassade des Etats-Unis à Pékin, le 29 avril 2012. — J.LEE / REUTERS

Alors que le dissident chinois Chen Guangcheng a quitté ce mercredi l'ambassade des Etats-Unis à Pékin pour un hôpital après y avoir passé six jours, les autorités chinoises ont dénoncé l'attitude de l'administration américaine.

Dans un communiqué, le ministère chinois des Affaires étrangères exige des excuses de l'administration américaine pour avoir hébergé le dissident qui avait échappé quelques jours plus tôt à la surveillance de ses gardiens dans un village de l'est de la Chine. «La gestion de cette affaire par les Etats-Unis a constitué une ingérence dans les affaires intérieures chinoises; pour la Chine, ceci est totalement inacceptable», précise le ministère.

Les Etats-Unis ont autorisé Chen Guangcheng à se réfugier dans leur ambassade à Pékin pour des motifs humanitaires, a répondu un haut responsable américain évoquant une «affaire extraordinaire» qui ne devrait pas se reproduire à l'avenir. Le dissident chinois, a-t-il ajouté, n'a pas demandé l'asile aux Etats-Unis mais a au contraire émis le souhait de pouvoir rester en Chine et de retrouver sa famille.

Hillary Clinton à Pékin

Ce responsable américain a refusé de dire si l'administration américaine présenterait des excuses aux autorités chinoises mais a indiqué que les deux pays étaient engagés dans un «processus intense mais en mode collaboratif» sur cette affaire qui complique leurs relations.

L'incident, qui intervient alors que Hillary Clinton est arrivée ce mercredi à Pékin, risque en effet d'éclipser les thèmes habituels des discussions annuelles que la secrétaire américaine d'Etat doit avoir avec des responsables chinois.

L’évasion rendue publique vendredi

Chen Guangcheng, avocat autodidacte aveugle qui a notamment dénoncé les avortements forcés dans le cadre de la politique de l'enfant unique, était assigné à résidence dans son village de Dongshigu, dans l'est de la Chine, depuis sa libération de prison en septembre 2010.

La nouvelle de son évasion a été rendue publique vendredi dernier et diplomates et opposants chinois avaient annoncé au cours du week-end qu'il avait trouvé refuge à l'ambassade américaine de Pékin (). Mais l'information n'avait jusque-là pas été confirmée de source officielle chinoise ou américaine.