Afghanistan: Au moins six morts dans des attaques à Kaboul après la visite surprise d'Obama

avec AFP

— 

Les talibans ont lancé deux attaques mercredi à Kaboul, dont un attentat suicide à la voiture piégée, qui ont fait au moins six morts, quelques heures après le départ du président américain Barack Obama en visite surprise dans la capitale afghane.
Les talibans ont lancé deux attaques mercredi à Kaboul, dont un attentat suicide à la voiture piégée, qui ont fait au moins six morts, quelques heures après le départ du président américain Barack Obama en visite surprise dans la capitale afghane. — Bay Ismoyo afp.com

Les talibans ont lancé des attaques ce mercredi à Kaboul, dont un attentat suicide à la voiture piégée, qui ont fait au moins six morts, quelques heures après le départ du président américain Barack Obama en visite surprise dans la capitale afghane.

Deux nouvelles explosions ont secoué mercredi la pension abritant notamment des employés étrangers de l'Union européenne et de l'ONU à Kaboul, après l'attentat suicide des talibans. L'établissement, le Green Village, est situé près de l'aéroport mais les talibans ont également revendiqué immédiatement d'autres attaques dans la capitale afghane, notamment d'une base militaire de la force de l'Otan selon eux.

Attentat suicide à la voiture piégée

Cinq passants afghans et un garde de sécurité ont été tués dans l'attentat suicide à la voiture piégée visant une pension abritant notamment des employés étrangers de l'Union européenne et de l'ONU, a indiqué le ministère afghan de l'Intérieur. Personne n'était en mesure de dire si le garde de sécurité était afghan ou étranger, a précisé le porte-parole du ministère, Sediq Sediqqi.

«Aujourd'hui, un combattant dévoué a perpétré un attentat suicide à la voiture piégée contre une base militaire étrangère à Kaboul, suivi par d'autres combattants qui ont pénétré dans la base», a déclaré un porte-parole des talibans dans un texto envoyé à l'AFP. Une, puis deux explosions ont retenti dans le centre de Kaboul, entendues par des journalistes de l'AFP dont le bureau se situe non loin de l'ambassade américaine. Celle-ci a immédiatement pris des mesures de confinement et fait résonner ses sirènes d'alerte en appelant son personnel à «se mettre à l'abri et à s'éloigner des fenêtres».

Ces explosions, survenues peu après le départ de Barack Obama, témoignent du regain d'activité des talibans plus de dix ans après l'invasion des forces de l'Otan pour les chasser du pouvoir, et alors que la coalition internationale doit se retirer en 2014 pour transférer la sécurité aux forces afghanes.