Prostitution en Colombie. Obama fait confiance au chef du Service Secret

avec AFP

— 

Le président des Etats-Unis Barack Obama recevra le 30 avril le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda à Washington, a annoncé mardi la Maison Blanche dans un contexte de tensions renouvelé avec la Corée du Nord voisine.
Le président des Etats-Unis Barack Obama recevra le 30 avril le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda à Washington, a annoncé mardi la Maison Blanche dans un contexte de tensions renouvelé avec la Corée du Nord voisine. — Saul Loeb afp.com

La Maison Blanche a affirmé mardi que le président Barack Obama faisait toujours confiance au chef du Secret Service, malgré la multiplication des révélations sur un scandale de prostitution en Colombie frappant cette police d'élite chargée de sa protection.

«Le président fait confiance au directeur du Secret Service» Mark Sullivan, a déclaré le porte-parole de Barack Obama, Jay Carney, assailli de questions lors de son point de presse quotidien sur cette affaire qui a totalement éclipsé aux Etats-Unis le sommet des Amériques auquel Barack Obama a participé le week-end dernier à Carthagène.

Accréditations rrévoquées

Des membres du Secret Service et de l'armée américaine, venus à Carthagène préparer le dispositif de protection de Barack Obama pendant son séjour de vendredi soir à dimanche soir, sont soupçonnés d'avoir eu des relations avec des prostituées dans cette station balnéaire huppée.

Onze agents du Secret Service ont été rappelés à Washington avant même la fin du séjour de Barack Obama en Colombie, et font l'objet d'une suspension administrative. Leurs accréditations ont été révoquées dans l'attente des résultats d'une enquête interne.

Selon un responsable du Pentagone, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat, au moins dix militaires seraient soupçonnés d'avoir fréquenté des prostituées dans les mêmes circonstances. Il s'agirait de cinq membres des Forces spéciales, de deux soldats de la Marine, de deux Marines et d'un membre de l'US Air Force. Le ministère de la Défense avait d'abord parlé de cinq soldats.