Syrie: «Vague blanche» à Paris pour dire «stop» aux massacres

© 2012 AFP

— 

Environ 200 personnes se sont rassemblées mardi soir sur le parvis du Trocadéro à Paris pour réclamer l'arrêt des massacres en Syrie, a constaté un journaliste de l'AFP
Environ 200 personnes se sont rassemblées mardi soir sur le parvis du Trocadéro à Paris pour réclamer l'arrêt des massacres en Syrie, a constaté un journaliste de l'AFP — Mehdi Fedouach afp.com

Environ 200 personnes se sont rassemblées ce mardi soir sur le parvis du Trocadéro à Paris pour réclamer l'arrêt des massacres en Syrie.

Les participants à ce rassemblement ont jeté des fleurs blanches sur un grand drapeau syrien en criant «stop au massacre», «démocratie pour la Syrie» ou «Bachar assassin». Une «vague blanche» d'une cinquantaine d'hommes et femmes «sandwich», habillés de lettres composant les mots «Syrie» et «Stop», a ondulé quelques minutes sur fond de Tour Eiffel. Sur leur dos, on découvrait les photos de personnalités, un tissus blanc la main, le mot «stop» écrit dessus.

Des célébrités soutiennent le mouvement

Parmi la centaine de personnalités en photo, on pouvait reconnaître les visages des acteurs Catherine Deneuve et Michel Piccoli, du réalisateur Costa Gavras, du résistant Stéphane Hessel ou de l'ancien footballeur Lilian Thuram. Quelques personnalités étaient également présentes comme le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë ou le chanteur Jacques Higelin. Ce rassemblement était organisé à l'initiative de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) à l'occasion d'une journée de solidarité avec le peuple syrien le 17 avril, jour du 66ème anniversaire de l'indépendance de la Syrie.

D'autres actions similaires devaient intervenir au même moment en France où les personnes concernées étaient appelées à sortir devant chez elles un tissus blanc à la main avec le mot «stop» écrit dessus. Elles étaient invitées à se photographier les unes les autres et à mettre leurs photos en ligne sur le site consacré à l'événement. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la répression a fait plus de 11.000 morts depuis le début du soulèvement en Syrie en mars 2012.