Le Parlement soudanais déclare le gouvernement sud-soudanais comme «ennemi»

avec AFP

— 

Le Parlement soudanais a proclamé comme "ennemi" le gouvernement du Soudan du Sud après la prise de contrôle par ses troupes de la zone frontalière de Heglig, principal champ pétrolier du Soudan.
Le Parlement soudanais a proclamé comme "ennemi" le gouvernement du Soudan du Sud après la prise de contrôle par ses troupes de la zone frontalière de Heglig, principal champ pétrolier du Soudan. — Ebrahim Hamid afp.com

Le Parlement soudanais a proclamé comme «ennemi» le gouvernement du Soudan du Sud après la prise de contrôle par ses troupes de la zone frontalière de Heglig, principal champ pétrolier du Soudan.

Une résolution en ce sens adoptée à l'unanimité par les députés à Khartoum est intervenue au lendemain d'un bombardement aérien soudanais d'un camp de Casques bleus de l'ONU en territoire sud-soudanais faisant 10 morts et 14 blessés parmi les civils aux alentours du camp, selon les Sud-Soudanais.

Le président du Parlement, Ahmed Ibrahim El-Tahir, a appelé l'assemblée à renverser le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), les ex-rebelles sudistes désormais au pouvoir au Soudan du Sud, indépendant depuis juillet 2011 à la suite d'une guerre civile dévastatrice (1983-2005). «Nous rassemblons toutes nos ressources pour combattre le SPLM jusqu'à ce que nous mettions fin à son gouvernement au Soudan du Sud», a-t-il dit.

Relations tendues depuis la partition

A Juba, le ministre de l'Information sud-soudanais Barnaba Marial Benjamin a jugé «regrettable» la résolution du Parlement. «Nous n'avons jamais été leur ennemi. Notre position est que nous ne les considérons pas comme notre ennemi».

Les relations entre les nordistes à Khartoum et les sudistes à Juba sont tendues depuis la partition, les deux pays ne parvenant pas à régler les questions restées en suspens: tracé de la frontière, partage des revenus pétroliers, statut de la province frontalière d'Abyei.