La Turquie écroue les responsables présumés du putsch de 1997

Reuters
— 

Quatre généraux turcs accusés d'avoir  renversé le premier chef du gouvernement islamiste de Turquie lors d'un  coup d'Etat en 1997 ont été placés en détention ce lundi dans l'attente de  leur procès.

Un tribunal d'Ankara avait recommandé qu'ils soient écroués, pour  éviter tout risque de fuite, après avoir ordonné jeudi qu'ils soient  interrogés sur leur rôle dans la chute du Premier ministre Necmettin  Erbakan il y a quinze ans. Parmi les quatre officiers figure l'ancien chef d'état-major adjoint des forces armées Cevik Bir.

Au total, 18 anciens officiers ont été interpellés dimanche et lundi  aux premières heures, puis écroués en attendant leur procès, rapporte  l'agence de presse Anatolie.

Coup d'Etat sans violence

De telles détentions peuvent se prolonger pendant des mois. Elles  constituent un nouvel épisode des efforts menés par le gouvernement de  Recep Tayyip Ergodan, lui-même issu de l'islamisme, pour réduire  l'influence de l'armée.

Les suspects sont détenus à la prison de Sincan, une ville de la  périphérie ouest d'Ankara où les militaires avaient ordonné aux chars de  se positionner dans les rues il y a 15 ans, réalisant un coup d'Etat  sans violence ni effusion de sang.

Erbakan, qui est mort en mars 2011 d'une crise cardiaque à l'âge de  85 ans, fut un pionnier de l'islamisme politique en Turquie, pays  musulman mais farouchement laïque, ouvrant la voie aux succès électoraux  ultérieurs de l'AKP conservateur d'Erdogan.