Guinée-Bissau: Le principal parti du pays rejette le coup de force de l'armée

Avec Reuters

— 

Le principal parti de Guinée-Bissau s'est opposé samedi aux chefs militaires qui ont mené un coup de force jeudi et a rejeté la proposition de l'armée de former un gouvernement de transition ouvrant la voie à des élections.

Ce refus du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC), qui détient deux tiers des sièges au parlement, empêche virtuellement les militaires de mettre sur pied une quelconque administration représentantive. «Le PAIGC rejette toute proposition anticonstitutionnelle et antidémocratique de solution à cette crise», a déclaré la direction du parti dans un communiqué.

L'ONU condamne le putsch

Le texte demande également la libératioon du président par intérim, Raimundo Pereira, et de l'ancien Premier ministre Carlos Golmes Junior arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle. Les deux hommes, membres du PAIGC, sont détenus depuis jeudi soir par les soldats qui ont investi leurs résidences.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a condamné le putsch mené dans cette ancienne colonie portugaise de l'Afrique de l'Ouest et a appelé à un rétablissement du pouvoir civil.