L'ONU ne sera pas poursuivie pour le massacre de Srebrenica

Reuters

— 

La Cour suprême néerlandaise a jugé ce vendredi que l'ONU ne pouvait être poursuivie aux Pays-Bas pour n'avoir pas pu empêcher le massacre de 8.000 Musulmans bosniaques par les Serbes à Srebrenica en juillet 1995.

Un collectif de 6.000 rescapés de l'enclave, «les mères de Srebrenica», s'était adressé à la justice néerlandaise pour demander des comptes aux Nations unies, qui avaient décrété que le secteur de Srebrenica, assiégé par les forces serbes, était une «zone de sécurité» pour la population musulmane. Les avocats du collectif ont annoncé qu'ils feraient appel de la décision néerlandaise d'ici six mois devant la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg, estimant que «l'ONU (...) doit assumer ses responsabilités pour son rôle dans le génocide de Srebrenica en 1995».

En 2001, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a déclaré que le massacre de Srebrenica, près de la frontière serbe dans l'est de la Bosnie, était un acte de génocide. A l'époque, l'enclave était théoriquement sous la protection des casques bleus néerlandais.