L'opposition syrienne demandera à l'Onu d'agir contre Bachar al Assad

Reuters

— 

Si les autorités de Damas ignorent le cessez-le-feu qui doit entrer en vigueur jeudi matin, la communauté internationale devra prendre des mesures contre la Syrie en décrétant notamment un embargo sur les armes, estime le Conseil national syrien (CNS), le principal groupe de l'opposition syrienne.

Pour Basma Kodmani, la porte-parole du CNS, le président Bachar al Assad ne respectera pas le cessez-le-feu prévu jeudi à 06h (03h GMT) et les Nations unies devront prendre des mesures pour l'isoler, ce qui nécessitera l'appui de la Russie et de la Chine.

Ces deux pays ont opposé par deux fois leur veto à des résolutions du Conseil de sécurité dénonçant la répression en Syrie. «Les chances sont faibles de voir le régime respecter demain le cessez-le-feu, nous le savons tous. Il n'y aucun signe en ce sens sur le terrain», a dit Basma Kodmani, interrogée par Reuters à Genève.

La population civile toujours ciblée

Selon elle, les soldats gouvernementaux, appuyés par des blindés et des chasseurs MiG-23, prenaient toujours pour cible la population civile ce mercredi. «Le régime utilise tout son arsenal contre le peuple», a-t-elle dit.

L'opposition syrienne, notamment l'Armée syrienne libre (ASL), fer de lance de la lutte armée, a promis de respecter le cessez-le-feu. «Si aujourd'hui le régime met fin aux assassinats, pour notre part nous nous tournerons vers de moyens pacifiques pour résoudre la crise», a souligné Kodmani.

L'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe Kofi Annan, qui a mis au point le plan de sortie de crise, était mercredi à Téhéran. Il sera de retour jeudi à Genève et rendra compte au Conseil de sécurité de l'évolution de la situation.