Suicides suspects à Guantanamo

©2006 20 minutes

— 

Triste première. Deux Saoudiens de 19 et 22 ans et un Yéménite ont été retrouvés pendus, samedi, sur la base américaine de Guantanamo. Depuis l'ouverture en 2002 du camp de détention, aucun prisonnier n'y était mort. Selon l'armée américaine, les trois prisonniers auraient mis eux-mêmes fin à leurs jours.

Les familles des deux Saoudiens – le Yéménite n'étant pas identifié – ont déclaré ne « pas croire qu'ils se sont suicidés ». Citant le « contrôle continu sur les prisonniers par une surveillance individuelle ou par des caméras 24 heures sur 24 », leur avocat, Kateb al-Chammari, a estimé que « leur mort témoigne de la torture et des traitements inhumains auxquels sont soumis les prisonniers à Guantanamo ». A Kaboul, les talibans ont accusé les Etats-Unis d'avoir tué les trois hommes : « Aucun musulman, aucun moudjahidine ne peut se suicider. C'est interdit par la loi islamique. »

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances des décès et des autopsies doivent être pratiquées. Quel qu'en soit le résultat, la mort de ces détenus met la Maison Blanche en position bien délicate, alors qu'elle peine de plus en plus à justifier la détention, sans procès, de ces hommes arrêtés pendant la campagne d'Afghanistan après les attentats du 11-Septembre. Car ces décès s'ajoutent aux images des prisonniers en combinaison orange, la tête recouverte d'une cagoule, entravés, et aux témoignages de prisonniers libérés sur leurs conditions terribles de détention.

C. L. (avec AFP)

Près de 760 prisonniers sont passés par Guantanamo. Environ 460 s'y trouvent encore, parmi lesquels seuls dix hommes ont été inculpés. Aucun n'a encore été jugé.