Le tireur de Californie en voulait au personnel de l'université

Reuters

— 

L'homme soupçonné par la police d'avoir ouvert le feu lundi dans l'université catholique Oikos d'Oakland, en Californie, faisant sept morts et trois blessés, en voulait à l'administration et aux élèves de l'établissement, d'où il venait d'être renvoyé, a déclaré ce mardi le chef de la police d'Oakland.

Le suspect, One Goh, un homme de 43 ans ayant la double nationalité sud-coréenne et américaine, par ailleurs lié à la communauté chrétienne coréenne des Etats-Unis, a accepté de coopérer, déclaré le chef de la police d'Oakland Howard Jordan, à la chaîne de télévision ABC. «Nous avons appris que le suspect en voulait à l'administration de la faculté ainsi qu'aux élèves (...), qui l'avaient maltraité et lui avaient manqué de respect lorsqu'il était inscrit dans l'établissement», a-t-il précisé.

La tuerie la plus meurtrière depuis cinq ans

«C'est un homme très perturbé et déterminé qui s'est rendu dans l'université avec l'intention précise de tuer.» La police, qui pense que Goh a agi seul, espère remettre mercredi les résultats de son enquête à un procureur, qui décidera des suites judiciaires. «Nous pensons qu'il avait des problèmes en termes de comportement à l'école et il a été prié de quitter l'établissement il y a plusieurs mois», a dit Howard Jordan. Il s'agit de la tuerie la plus meurtrière depuis cinq ans dans une université américaine.

En 2007, un étudiant de Virginia Tech avait abattu 32 personnes sur ce campus de Virginie avant de retourner l'arme contre lui.