Le Mali, pas très loin de la partition

MALI La rébellion touaregue contrôle tout le nord du pays depuis la chute de Tombouctou...

Armelle Le Goff

— 

Un soldat malien porte un badge à l'effigie du capitaine Amadou Haya Sanogo avec écrit en dessous «Président, CNRDRE», non loin de Bamako.
Un soldat malien porte un badge à l'effigie du capitaine Amadou Haya Sanogo avec écrit en dessous «Président, CNRDRE», non loin de Bamako. — Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Ironie du sort, c’est justement pour endiguer l’avancée de la rébellion touaregue qu’Amadou Toumani Touré, alias ATT, le président malien, a été déposé le 22 mars dernier. Son remplaçant à la tête de l’Etat, le capitaine Amadou Sanogo, ne se sera pas illustré par son âpreté au combat. Dimanche, alors qu’il prenait «l’engagement solennel de rétablir […] la Constitution de la République du Mali du 25 février 1992, ainsi que les institutions républicaines», Tombouctou tombait aux mains des rebelles touaregs.

Les pays voisins craignent la contagion sécessionniste

En mouvement depuis janvier dernier, le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) a conquis Tombouctou après Gao et Kidal. Au Mali, la frontière est nette désormais entre le nord du pays, contrôlé par le MNLA, sur l’espace justement revendiqué par le mouvement touareg, et le sud, aux mains d’une junte, excédée par les atermoiements du président ATT qui aura échoué à assurer la cohésion de l’Etat-nation malien jusqu’aux élections présidentielles initialement prévues le 29 avril prochain.

Le MNLA poussera-t-il plus avant? Peu probable. En revanche, rien ne permet d’exclure que leurs alliés djihadistes - certains groupes touaregs seraient plus ou moins proches d’Aqmi - ne tenteront pas de pousser l’avantage. Le MNLA pourrait par ailleurs tenter d’élargir sa conquête territoriale aux pays voisins: Mauritanie, Algérie, Niger et Burkina-Faso notamment. Consciente des enjeux, la Cédéao (Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest) a exigé ce week-end le départ de la junte. Objectif: ramener les militaires dans leur caserne, puis sur le terrain pour reconquérir le nord du pays. Mais peut-être est-il déjà trop tard.

>> Ressortissants français installés au Mali, avez-vous choisi de quitter le pays? Français d'origine malienne vivant en France, que savez-vous de la situation sur place?
Témoignez dans les commentaires ou écrivez-nous à
reporter-mobile@20minutes.fr.

Touareg

Estimés à 1,5 millions de personnes, les Touaregs sont un peuple nomade vivant entre le Mali, le Niger, l’Algérie, mais aussi la Libye et la Mauritanie. Leur langue, le tamasheq, est apparentée à la langue berbère. Au Mali, ils ne sont majoritaires qu’au nord du fleuve Niger.