Accident d'autocar belge: Le procureur suisse écarte l'hypothèse du DVD

© 2012 AFP

— 

Le procureur suisse chargé de l'enquête sur l'accident de l'autocar belge, le 13 mars, qui a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants belges et néerlandais le 13 mars, a écarté vendredi soir l'hypothèse du DVD qui a distrait le chauffeur.
Le procureur suisse chargé de l'enquête sur l'accident de l'autocar belge, le 13 mars, qui a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants belges et néerlandais le 13 mars, a écarté vendredi soir l'hypothèse du DVD qui a distrait le chauffeur. — Sebastien Feval afp.com

Le procureur suisse chargé de l'enquête sur l'accident de l'autocar belge, le 13 mars, qui a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants belges et néerlandais le 13 mars, a écarté vendredi soir l'hypothèse du DVD qui a distrait le chauffeur.

Interrogé par la télévision suisse-romande, le procureur Olivier a déclaré qu'il avait demandé qu'on «mette un DVD» dans un car similaire à celui qui a été accidenté, pendant son voyage de cinq jours en Belgique avec des enquêteurs suisses.

«Très concrètement, on a demandé de mettre un DVD, de voir où cela se situait, quelles étaient les manipulations, et qui pouvait les faire. C'était important de retracer ces éléments-là», a-t-il déclaré.

«Cela paraît impossible»

Selon lui, le chauffeur ne pouvait pas manipuler lui-même le lecteur DVD, «cela paraît impossible, puisque le DVD est plutôt derrière lui, a-t-il déclaré, il y a des manipulations à faire, donc ça paraît très compliqué».

Le procureur a également donné des éléments sur les interrogatoires de sept enfants rescapés de l'accident en Belgique.

«On a demandé où ils se situaient dans le car, est-ce que certains avaient leur ceinture et d'autres pas, est-ce qu'ils ont vu des gens se déplacer... Parfois, il y a des enfants qui nous ont dit: «Ben moi je n'ai rien remarqué de particulier», a-t-il indiqué.

Selon lui, les enfants interrogés se portent relativement bien: «Ils nous ont paru être des enfants qui allaient bien, compte-tenu du traumatisme qu'ils ont vécu».