Convaincu de plagiat, le président hongrois veut rester

Reuters

— 

Le président hongrois Pal Schmitt, qui s'est vu retirer jeudi sa thèse de doctorat pour plagiat, a dit ce vendredi refuser de quitter le pouvoir. L'opposition, qui juge sa crédibilité remise en question, réclame la démission de cet ancien champion olympique d'escrime, élu en 2010 pour un mandat de cinq ans avec le soutien du Fidesz (droite, au pouvoir). Pal Schmitt, 69 ans, est accusé d'avoir copié de larges extraits d'autres auteurs sans mentionner les références exactes pour sa thèse consacrée aux Jeux olympiques, publiée en 1992.

«Il n'y a aucun lien (entre présider un Etat et être coupable de plagiat), même si certains ont une autre interprétation», a déclaré Schmitt lors d'une interview à la télévision. Le poste de président de Hongrie est honorifique mais Pal Schmitt a apporté un soutien de poids à la politique de son allié conservateur, le Premier ministre Viktor Orban, en n'exerçant pas son droit de veto face à ses réformes les plus controversées, comme la nationalisation des fonds de pension ou les impôts rétroactifs.

Viktor Orban a refusé ce vendredi de se prononcer sur l'opportunité d'une démission de Pal Schmitt. «C'est une décision que lui seul peut prendre», a-t-il répondu à la radio publique.