La Turquie va réduire de 10% ses importations de pétrole iranien

Reuters

— 

La Turquie a annoncé ce vendredi une réduction de 10% de ses importations de pétrole en provenance d'Iran, cédant aux pressions des Etats-Unis qui ont menacé la semaine dernière les clients de Téhéran de représailles faute d'une baisse significative de leurs commandes. Les sanctions américaines et le boycott européen qui entrera en vigueur en juillet dans le cadre des sanctions contre la poursuite des activités nucléaires sensibles de l'Iran ont entraîné une forte hausse des prix du brut.

Selon l'Agence internationale de l'énergie, les exportations iraniennes pourraient être réduites de moitié après l'entrée en vigueur de l'embargo européen et la baisse des commandes de gros clients tels que l'Inde, le Japon et la Corée du Sud. La Turquie, cinquième importateur de pétrole iranien, s'était jusqu'ici refusée à suivre le mouvement et se disait trop dépendante envers son voisin oriental.

Avec 200.000 barils par jour, le brut iranien représente 30% de ses importations. La Chine est désormais le dernier gros importateur de brut iranien à n'avoir pris aucun engagement officiel en faveur d'une réduction de ses commandes.