L'ultimatum d'Abbas touche à sa fin

©2006 20 minutes

— 

Le nouvel ultimatum fixé par le leader palestinien Mahmoud Abbas au Hamas pour modérer ses positions touchait à sa fin hier à minuit. Or, à 20 h, aucun accord n'était intervenu entre le mouvement islamiste et le parti d'Abbas, le Fatah, sur un document prévoyant l'arrêt des attentats et la reconnaissance implicite d'Israël. Les négociations se sont poursuivies dans la soirée. Soutenu par l'ensemble des factions, ce « dialogue national », élaboré par des personnalités emprisonnées en Israël, vise à mettre fin à la crise politico-financière qui sévit dans les Territoires depuis la victoire des islamistes aux législatives de janvier. A défaut d'un accord, Abbas soumettra le texte à référendum « sous quarante jours ». Les Palestiniens étant à une large majorité pour une solution négociée avec Israël, cette consultation serait une victoire pour lui, même s'il soulignait hier qu'elle « n'est pas une fin en soi mais un moyen ».

Alors que l'impasse politique perdure, de nouveaux affrontements ont éclaté dimanche entre activistes du Fatah et du Hamas. Avec cinq morts à Gaza, ce sont les heurts interpalestiniens les plus graves depuis le début de la cohabitation des deux partis. Hier encore, un membre de l'aile militaire du Hamas a péri dans une explosion, tandis qu'un bureau de la télévision nationale, Palestine TV, était occupé par des proches du mouvement, qui ont détruit du matériel et agressé des journalistes. Par ailleurs, plusieurs banques de la bande de Gaza ont été fermées après des attaques de fonctionnaires protestant contre le non-paiement de leur salaire.

Faustine Vincent