Pyongyang balaye les critiques au sujet de son projet spatial

Reuters

— 

La Corée du Nord a balayé ce dimanche les vives critiques suscitées par son projet de mise en orbite d'un satellite d'observation, que les observateurs considèrent comme un tir expérimental de missile à longue portée.

L'initiative, qui place la Chine, son unique allié, dans une situation délicate, pourrait remettre en question l'accord conclu en février avec les Etats-Unis.

«Le développement et l'exploitation pacifiques de l'espace relève du droit légitime et universellement reconnu d'un Etat souverain», peut-on lire dans une dépêche de l'agence officielle KCNA.

Renforcer la stature internationale de Kim Jong-un

Pyongyang a annoncé vendredi le lancement entre le 12 et le 16 avril d'un satellite d'«observation de la Terre» baptisé Kwangmyongsong-3, à l'occasion du 100e anniversaire du défunt dirigeant Kim Il-Sung.

Le tir pourrait avoir pour but de renforcer la stature internationale de Kim Jong-un, qui a succédé récemment à son père Kim Jong-il, décédé fin 2011, à la tête de République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Doutes sur la sincérité de la Corée du Nord

Pour le département d'Etat américain, le projet sème le doute sur la sincérité de la Corée du Nord, qui s'est engagée le mois dernier à renoncer à ses essais nucléaires, à ses tirs de missiles et à ses activités d'enrichissement d'uranium en échange d'une reprise de l'aide alimentaire des Etats-Unis.

Plus inquiétant, pour le régime nord-coréen, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Zhijun a convoqué vendredi l'ambassadeur de Corée du Nord en Chine pour lui faire part de l'inquiétude de Pékin.