Yémen: Un Américain abattu à Taëz

© 2012 AFP

— 

Al-Qaïda a revendiqué dimanche le meurtre au Yémen d'un Américain, abattu par balle à l'aube à Taëz, au sud-ouest de Sanaa, l'accusant d'être un "missionnaire".
Al-Qaïda a revendiqué dimanche le meurtre au Yémen d'un Américain, abattu par balle à l'aube à Taëz, au sud-ouest de Sanaa, l'accusant d'être un "missionnaire". — afp.com

Un Américain a été abattu par balle dimanche à Taëz, au sud-ouest de Sanaa, par des hommes circulant à moto, ont indiqué des sources de sécurité.

L'Américain, dont l'identité n'a pas été précisée, est l'adjoint du directeur d'un institut d'enseignement des langues, selon les mêmes sources.

L'un de deux hommes circulant à moto a ouvert le feu sur l'Américain alors qu'il circulait en voiture dans la zone de Sena, sur une route périphérique de Taëz, ont précisé ces sources.

Une enquête a été ouverte pour tenter d'indentifier les auteurs de l'embuscade. L'ambassade américaine à Sanaa, contactée par l'AFP, a indiqué n'avoir pas d'informations sur cette attaque et qu'elle allait vérifier leur véracité.

Cette attaque meurtrière visant un étranger intervient deux jours après l'annonce de l'enlèvement d'une Suissesse dans l'ouest du Yémen et son transfert dans la province de Chabwa, dans le sud-est. La femme a été enlevée par des hommes armés dans sa maison à Hodeïda, sur la mer Rouge, où elle travaille comme enseignante pour un institut de langues, puis conduite par ses ravisseurs à Chabwa, a indiqué le ministère de l'Intérieur en citant le témoignage d'une de ses collègues suisses à Hodeïda.

Les ravisseurs «réclament la libération de deux partisans d'Al-Qaïda détenus à Hodeïda», avait précisé vendredi à l'AFP un responsable local en accusant le réseau extrémiste du rapt.

Le Yémen est le théâtre de fréquents enlèvements d'étrangers par les tribus fortement armées qui font la loi dans plusieurs régions du pays. Elles ont recours aux rapts généralement pour faire aboutir des revendications auprès des autorités.

Plus de 200 personnes ont été enlevées au Yémen ces 15 dernières années. Elles ont en grande majorité été libérées saines et sauves.