Monde

Le ministre libyen de l'Intérieur met en garde les milices

Le ministre libyen de l'Intérieur, Fawzi Abdel A'al, a prévenu les milices qui ne déposaient pas les armes qu'elles courraient le risque d'une confrontation avec les nouvelles forces libyennes. Six mois après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, les milices qui ont contribué au soulèvement populaire contre l'ancien dirigeant libyen continuent d'occuper des bâtiments gouvernementaux et de faire la loi dans le pays.

La réponse sera concrète et immédiate

Les Nations unies et les organisations de défense des droits de l'homme estiment que ces groupes constituent une menace pour la stabilité du nouveau régime. Lors d'une cérémonie de remise de diplômes de nouvelles recrues policières, le ministre de l'Intérieur Fawzi Abdel A'al a déclaré que 25.000 policiers étaient prêts à combler le vide sécuritaire rempli depuis le renversement de Kadhafi par les miliciens.

«C'est un message à ces groupes qui ne rejoignent pas le ministère de l'Intérieur», a-t-il déclaré tard vendredi à Misrata, à 200Km à l'est de la capitale Tripoli. «Je leur dis franchement : il n'y a rien qui vous permet de remplir des fonctions sécuritaires à l'intérieur de la Libye. Vous devez rentrer dans la légitimité ou ces lions (nouvelles recrues policières) vous affronteront.»

«Toutes ces personnes qui ne font pas encore confiance au ministère de l'Intérieur ou au gouvernement, nous leur disons que notre réponse ne passera pas via des communiqués ou des conférences de presse, notre réponse sera concrète et cela commence dès aujourd'hui», a-t-il conclu.