Le Parlement égyptien va retirer sa confiance au gouvernement

Avec Reuters

— 

Le Parlement égyptien va probablement censurer le gouvernement de Kamal al-Ganzouri, accentuant les pressions sur les militaires au pouvoir en Egypte, ont annoncé jeudi des dirigeants des Frères musulmans. Si une motion de défiance est votée, elle n'aura pas de caractère contraignant, le Parlement n'ayant pas le pouvoir de renvoyer un Premier ministre dans le cadre des institutions actuelles. Mais elle aurait un poids politique significatif.

La confrérie islamiste, devenue la première force politique du pays à la faveur des récentes élections législatives, se fait de plus en plus critique à l'égard du gouvernement de transition mis en place par les généraux du Conseil suprême des forces armées (CSFA).

«Les militaires devraient nommer un gouvernement qui a obtenu la majorité»

Selon Essam el Erian, les députés pourraient exprimer leur défiance lors d'un discours de politique générale que Ganzouri doit prononcer dans les deux prochaines semaines devant l'assemblée. «Le retrait de la confiance pourrait intervenir lors de cette session, ou avant, ou après», a-t-il dit par téléphone à Reuters. «Les militaires devraient nommer un nouveau gouvernement, un gouvernement qui a obtenu la majorité.»

Les critiques des Frères musulmans se focalisent notamment sur les questions de sécurité, qui ont contribué par exemple au drame du stade de Port-Saïd, le 1er février, sur les problèmes économiques et, plus récemment, sur la décision des autorités de lever l'interdiction de voyager qui frappait des citoyens américains mis en cause dans une enquête sur des ONG.