La droite italienne privée de revanche

©2006 20 minutes

— 

Silvio Berlusconi privé derevanche. Contraint de céder le pouvoir après sa défaite aux législatives des 9 et 10 avril, l'ex-Premier ministre espérait remporter les élections locales partielles. Mais la gauche s'est maintenue à Turin, Rome et Naples dès le premier tour et a mis en difficulté la droite à Milan, qui perd également une province du Sud, Reggio Calabria.

Une défaite pesante et personnelle pour Berlusconi. « Il risque de nouvelles tensions au sein de sa coalition sur son leadership », estimait hier le politologue Massimo Franco dans le Corriere della sera. « Les gens n'ont pas digéré la dramatisation de l'affrontement », a confirmé le président des centristes, Rocco Buttiglione.

Les 11 et 12 juin, les électeurs sont à nouveau appelés aux urnes, pour le second tour des élections locales partielles. Sur les 23 chefs-lieux en jeu, la droite en a déjà perdu deux et cinq autres sont en ballottage.