Dakar s'embraseà l'approche dela présidentielle

— 

A six jours de l'élection présidentielle, dimanche 26 février, la tension reste vive à Dakar. L'opposition sénégalaise a appelé lundi à une nouvelle manifestation interdite dans le centre de la ville. Objectif : se mobiliser contre la candidature du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle. Depuis près d'une semaine, des violences ont lieu dans le centre de la capitale entre les forces de l'ordre et des opposants, essentiellement des jeunes. Les leaders du Mouvement du 23 juin (M23), de leur côté, jugent la candidature de Wade anticonstitutionnelle.
La répression de ces manifestations par la police, qui tire des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc, mais utilise aussi des canons à eau et occasionnellement des pierres comme les manifestants, a fait au moins une vingtaine de blessés depuis vendredi. Mais dimanche soir à Rufisque, dans la banlieue de Dakar, un jeune homme serait mort, blessé à la tête par une pierre. La police n'a pas confirmé ce décès.