L'armée syrienne quadrille Hama

SYRIE Homs pilonnée, la répression s'étend...

Armelle Le Goff (avec reuters)

— 

Manifestation à Damas, le 18 février.
Manifestation à Damas, le 18 février. — HANDOUT / REUTERS

Hama coupée du monde. Cette fois, c'est dans cette cité de l'ouest de la Syrie que les forces de sécurité ont dressé des dizaines de barrages pour isoler les quartiers les uns des autres. Ils y ont aussi coupé tous les moyens de communication. «Chaque jour ont lieu des descentes et des arrestations dans les maisons, parfois plusieurs fois par jour dans les mêmes quartiers», a affirmé l'opposition dans un communiqué. Dans le même temps, les forces gouvernementales poursuivent le siège de plusieurs quartiers de Homs. Enfin, toujours selon l'opposition, les arrestations se seraient multipliées à Deraa, ville du sud du pays, à la frontière jordanienne.

Face à la violence de la répression, la population de Damas se mobilise

Malgré la pression du pouvoir, la contestation ne se dément pas, voire s'intensifie. La violence de la répression provoquerait même l'indignation d'une population jusqu'alors peu mobilisée à Damas, la capitale. Des opposants ont déployé au-dessus d'un pont routier un grand drapeau syrien de la période antérieure au clan Assad, et samedi une manifestation d'ampleur a réuni des dizaines de milliers de personnes. Un symbole, aux portes du pouvoir.