Chronologie de l'affaire Enron

— 

2001:

- 16 octobre: Enron annonce une perte trimestrielle de 618 millions de dollars en raison de charges exceptionnelles d'un milliard de dollars.
- 22 octobre: le gendarme de la Bourse américaine (SEC) ouvre une enquête sur les partenariats et sociétés d'investissements dirigés par le directeur financier d'Enron Andrew Fastow.
- 25 octobre: Fastow est licencié et le groupe révise la valeur de ses avoirs en baisse de 1,2 milliard de dollars.
- 9 novembre: Dynegy, rival d'Enron cinq fois plus petit, accepte de le racheter pour 9,5 milliards de dollars, soit un dixième de la valeur du groupe lorsqu'il était à son zénith.
- 28 novembre: la note de crédit d'Enron est réduite à celle de crédit à haut risque, Dynegy annule le projet de rachat. L'action Enron chute de 98% à 65 cents.
- 2 décembre: Enron se place sous la protection de la loi sur les faillites (Chapitre 11), devenant la plus grosse faillite de l'histoire des Etats-Unis à cette date.

2002

- 10 janvier: Le ministère de la Justice ouvre une enquête sur Enron. La société d'audit comptable Arthur Andersen admet avoir détruit des documents d'Enron.
- 22 janvier: Perquisition du FBI au siège d'Enron à Houston.
- 23 janvier: le PDG Kenneth Lay démissionne.
- 5 février: Une commission du Sénat convoque Lay pour l'interroger.
- 7 février: Fastow et l'ex-PDG Jeffrey Skilling refusent de répondre aux questions d'une commission d'enquête parlementaire sur la faillite du groupe.
- 12 février: Lay refuse de témoigner devant les sénateurs, en citant le droit contre l'auto-incrimination garantie par la constitution.
- 14 mars: la société Arthur Andersen est inculpée pour destruction de documents et courriels pour le compte de son client Enron.
- 15 juin: condamnation d'Arthur Andersen pour obstruction à la justice, précipitant la chute de la 5e plus grosse société d'audit mondiale.
- 30 juillet: signature par le président George W. Bush de la loi "Sarbanes-Oxley", réformant les règles comptables des entreprises.
- 28 août: un juge du tribunal des faillites approuve le versement de 13.500 dollars à chacun des plus de 4.000 employés ayant perdu leur emploi.
- 2 octobre: Fastow est arrêté, soupçonné de fraude et blanchiment. Le 31 octobre, il est inculpé des ces mêmes chefs d'accusation.

2003

- 1er mai: la femme de Fastow, Lea, ex-trésorière adjointe d'Enron, est inculpée pour complot en vue commettre une fraude financière et de blanchiment d'argent.
- 11 juillet: Enron présente un plan pour sortir de la faillite, promettant aux créanciers du liquide et des parts dans l'entreprise.
- 10 septembre: premier dirigeant d'Enron a être condamné à la prison, l'ex-trésorier Ben Glisan écope de 5 ans de détention après avoir plaidé coupable de fraude.

2004

- 14 janvier: Andrew Fastow plaide coupable de complot et fraude et écope de 10 ans de prison. Son épouse conclut un accord distinct: un an de prison.
- 19 février: Skilling est inculpé de 36 chefs d'accusation de fraude et délits d'initié. Il se rend au FBI (police fédérale).
- 7 juillet: après deux ans et demi d'enquête, l'ex-PDG Kenneth Lay est inculpé.

2005

- 31 mai: La Cour suprême des Etats-Unis invalide la condamnation d'Arthur Andersen pour vice de forme.
- 28 décembre: Richard Causey, ex-chef comptable d'Enron, plaide coupable et accepte de coopérer avec les procureurs contre les deux ex-PDG Lay et Skilling.

2006

- 30 janvier 2006 : Le procès de Kenneth Lay et Jeffrey Skilling s’ouvre à Houston (Texas, sud).
- 21 février 2006 : La justice britannique donne son feu vert à l'extradition de trois banquiers vers les Etats-Unis, où ils sont soupçonnés d'être impliqués dans le scandale Enron. David Bermingham, Giles Darby et Gary Mulgrew sont visés par une demande d'extradition datant de mars 2004. Le gouvernement britannique avait donné en mai dernier son feu vert à leur transfert devant la justice américaine.
- 7 mars 2006 : Andrew Fastow, l'ex-directeur financier du groupe de courtage en énergie américain Enron, affirme qu'on lui avait demandé de "presser" les comptes d'Enron pour en extraire tous les moyens d'afficher des bénéfices.
- 15 mars 2006 : Une ancienne comptable d'Enron, Sherron Watkins, affirme lors du procès qu'elle avait prévenu les dirigeants du groupe de malversations dans la comptabilité risquant de provoquer un dépôt de bilan.
- 17 avril 2006 : Jeffrey Skilling, l'ancien PDG d'Enron, plaide la bonne foi et l'ignorance pour expliquer les importantes ventes d'actions effectuées avec ses proches avant la faillite du groupe de courtage en énergie. L'accusation s'est concentrée, au premier jour de son contre-interrogatoire, sur la vente pour plus de 60 millions de dollars d'actions d'Enron effectuée par Jeffrey Skilling, 52 ans, dans les mois qui ont suivi sa démission du poste de PDG en août 2001 et avant la faillite d'Enron en décembre de la même année.
- 26 avril 2006 : Kenneth Lay, l'ex-PDG du groupe de courtage en énergie Enron, affirme qu'il a été trompé par les comptables et qu'il n'a pas su prévoir la déroute financière de l'entreprise en raison de son caractère trop optimiste.
- 27 avril 2006 : L'accusation affirme que le propre fils de l'ex-PDG d'Enron Kenneth Lay pariait contre l'entreprise de son père en spéculant sur une baisse du titre en Bourse.
- 9 mai 2006 : Le procès des ex-dirigeants d'Enron, Kenneth Lay et Jeffrey Skilling, entre dans sa dernière ligne droite avec les ultimes témoignages, précédant les dernières plaidoiries. L'audience a été suspendue pour quelques jours au tribunal de Houston (Texas, sud) après l'audition pendant 14 semaines des témoins et des principaux acteurs d'une des plus grosses faillites de l'histoire américaine en décembre 2001.
- 25 mai 2006 : Les jurés rendent leur verdict : Jeffrey Skilling et Kenneth Lay, les deux ex-dirigeants du groupe de courtage en énergie Enron, sont reconnus coupables pour leur responsabilité dans la faillite retentissante du groupe.
Jeffrey Skilling, 52 ans, était sous le coup de 28 chefs d'accusation et Kenneth Lay, 64 ans, de six chefs d'accusation. Ceux-ci portaient notamment sur des accusations de fraude et de complot. Le premier a été reconnu coupable de 19 chefs d'inculpation et le second de l'ensemble des six dont il était accusé. Jeffrey Skilling risque jusqu'à 185 années de prison et Kenneth Lay 165 années, mais leurs peines respectives seront annoncées ultérieurement.