Le Timor, petit pays pauvre marqué par les violences

— 

Le Timor oriental (Timor-Leste), qui a demandé l'aide de troupes étrangères pour juguler les violences sur son sol, est un petit pays pauvre aux confins de l'Asie du Sud-Est, marqué par les violences.
Cette ancienne colonie portugaise, annexée en 1976 par l'Indonésie, est indépendante depuis 2002.

Population : 947.000 habitants en 2005 (OMS)
Superficie: 15.000 km2
Capitale : Dili
Langues : tetum, portugais, indonésien
Religion : population à plus de 90% catholique, minorités protestante, bouddhiste et musulmane.
Principales ressources : café, hydrocarbures, exploitation forestière, agriculture, pêche.
PIB (en 2004) : 339 millions de dollars (Banque mondiale)
Espérance de vie : 55,5 ans en 2004 (Pnud)

Historique : les premiers marchands portugais arrivent au début du XVIe siècle. En 1859, le traité de Lisbonne donne au Portugal la partie est de l'île, aux Hollandais la partie ouest.
Durant la Seconde guerre mondiale, les Australiens occupent la partie est. Les Japonais envahissent l'île. Des dizaines de milliers d'habitants sont tués pour avoir prêté main forte aux Australiens.
En 1974, lors de la "Révolution des oeillets", les nouveaux dirigeants portugais décident que les colonies doivent être libres. Le 28 novembre 1975, un mouvement d'inspiration marxiste, le Fretilin, proclame l'indépendance. Le 7 décembre, l'Indonésie envahit le territoire. En juillet 1976, Jakarta annexe le Timor oriental, qui devient la "27ème province" du pays. L'ONU et le Portugal ne reconnaissent pas l'annexion.
Les combats entre la branche armée du Fretilin et l'armée indonésienne ne cesseront pas. La répression indonésienne est brutale : entre 100 et 200.000 personnes périssent en 24 ans, beaucoup de maladie ou de malnutrition, un chiffre contesté par Jakarta.
En 1991, le massacre par l'armée de dizaines de manifestants au cimetière de Santa Cruz attire l'attention de la communauté internationale sur le sort du territoire, dont la lutte s'incarne dans son leader, Xanana Gusmao, le chef de la guérilla, incarcéré depuis 1992. Après la chute du dictateur Suharto en mai 1998, son successeur, Jusuf Habibie annonce un référendum sur l'autonomie. Le 30 août 1999, près de 80% des votants se prononcent pour l'indépendance.
Le vote déclenche la fureur des milices hostiles à l'indépendance et soutenues par l'armée indonésienne. Plus de 1.400 personnes sont massacrées et 80% des infrastructures détruites.
L'ONU administre ensuite le territoire, jusqu'en 2002. Le 20 mai 2002 le Timor-Leste devient indépendant.
Mais le pays échoue depuis à sortir de sa pauvreté. Il espère trouver son salut dans ses vastes ressources en pétrole et en gaz. Dili est récemment parvenu à un accord avec l'Australie sur leur exploitation.