Pour défendre le pluralisme religieux

©2006 20 minutes

— 

A Rome depuis hier, les quelque 150 représentants des Eglises catholiques orientales, venus d'Egypte, d'Irak, de Palestine ou du Liban étaient à Paris la semaine dernière. Leur tournée marque les 150 ans de l'Œuvre d'Orient, association fondée en 1856 qui aide les chrétiens d'Orient liés à Rome. « Ils ont toujours été un pont entre le Moyen-Orient et l'Europe », a déclaré Jacques Chirac en les recevant il y a dix jours.

Selon l'Œuvre, il y aurait 26 millions de catholiques orientaux de l'Ukraine (5 millions) à l'Inde (7 millions), dont 50 000 en Turquie et plus de 7 millions en Egypte. Ils représenteraient 40 % de la population au Liban, 10 % en Syrie et 2 % en Palestine et Israël. Aujourd'hui, le sort de ces descendants des premiers chrétiens inquiète. Les islamistes et la guerre en Irak « modifient l'équilibre toujours précaire avec les chrétiens, poussés à quitter leur terre ancestrale », explique l'association. Mais, pour Mgr Louis Sako, archevêque de Kirkouk en Irak, c'est aux chrétiens, forts de leur expérience historique, d'aider les musulmans.

F. V. et C. L.