Amnesty épingle Londres et Washington

©2006 20 minutes

— 

« Aujourd'hui plus que jamais, le monde a besoin que les pays puissants et influents au plan international se comportent de façon responsable et respectent les droits humains, plutôt que de chercher à s'en jouer », a souligné hier Irene Khan, secrétaire générale d'Amnesty International à l'occasion de la sortie du rapport annuel de l'association de défense des droits de l'homme. Cette année, l'ONG critique durement les gouvernements britannique et américain. Le premier est accusé d'avoir, sous prétexte de lutte contre le terrorisme, tenté de réduire les droits humains. Tony Blair a ainsi cherché à autoriser l'utilisation des éléments de preuve obtenus sous la torture mais s'est heurté à la plus haute juridiction du pays. Les Etats-Unis, eux, sont épinglés pour leur maintien en détention, sans inculpation ni jugement, de milliers de personnes en Irak, à Guantanamo et en Afghanistan.

C. L.