L'ex-RDA, terrain raciste avant le Mondial

— 

Frappé avec une bouteille et traité de « sale étranger». Un député allemand d’origine turque, Gyasettin Sayan, a été violemment agressé vendredi soir par deux inconnus dans l’ex-Berlin-Est. Un quartier connu comme un haut lieu de la mouvance néonazie. Cette nouvelle attaque raciste, la sixième depuis janvier en ex-Allemagne de l’Est, inquiète à quelques jours du Mondial de football, qui se veut « le rendez-vous de l’amitié ». Les autorités allemandes redoutent des agressions contre les supporteurs étrangers.Une crainte corroborée par des chiffres officiels publiés
hier : les violences perpétrées par les militants néonazis ont augmenté de 23 % entre 2004 et 2005. Certains n’hésitent plus àparler de zones dangereuses pour les étrangers. Mercredi, Uwe Karsten Heye, un ancien porte-parole du gouvernement, a déclaré qu’il « ne conseillerait à personne qui a une couleur de peau différente » de se rendre dans certaines petites villes du Brandebourg, la région d’ex-RDA qui entoure Berlin. Samedi, c’est le procureur général, Kay Nehm, qui a tiré la sonnette d’alarme : « La situation est telle qu’elle pourrait conduire à des attaques particulièrement violentes. » Quant à la police, elle redoute les rassemblements néonazis prévus en marge des rencontres de foot. Le président du syndicat de lapoliceallemande,Konrad Feiberg, s’est alarmé dimanche. « La police n’est pas en mesure d’assurer la sécurité de telles manifestations », a-til averti.

Mathilde Saljougui (avec AFP)