Abdoulaye Wade : «Ce n'est pas honnête de vouloir prendre nos diplômés»

©2006 20 minutes

— 

20 Minutes a interviewé Abdoulaye Wade, président du Sénégal. Il rencontrait la presse diplomatique à Paris, hier.

Que pensez-vous de l'immigration « choisie » de Nicolas Sarkozy ?

Je suis contre l'immigration. J'ai toujours voulu limiter l'émigration au Sénégal, le départ de gens vers la France parce qu'ils n'ont pas d'emploi ou qu'ils ont faim... M. Sarkozy peut adopter la politique qu'il veut. Mais ce n'est pas honnête de vouloir prendre nos diplômés, alors que je dépense beaucoup d'argent pour les former. Je consacre 40 % de mon budget à l'éducation et je ne veux pas que les ingénieurs, les jeunes qualifiés s'en aillent.

Malgré un fort taux de croissance (6,3 % en 2005), les Sénégalais continuent de partir. Que faites-vous pour les retenir ?

La bonne croissance des dernières années n'a pas eu d'effet immédiat. La télévision, la musique, les quelques réussites à l'étranger attirent : les gens ont leur héros et pas d'emploi. Mais j'ai mis en place des mesures concrètes pour les retenir : dans tous les départements, par exemple, j'ai placé des jeunes sur des terres de 100, 200 à 1 000 hectares ; j'ai importé des tracteurs indiens et nous produisons, pour l'exportation, du bio.

Et ceux qui sont partis ? Etes-vous prêt à signer, avec l'Espagne, l'accord de rapatriement qu'elle demande ?

Absolument. Tout Sénégalais qui est à l'extérieur, je suis prêt à le reprendre.

Recueilli par Clémence Lemaistre