Maroc: Mohamed VI libère des militants islamistes

Reuters

— 

Plusieurs membres d'un groupe islamiste marocain libérés par une grâce du roi Mohamed VI la semaine passée estiment qu'ils doivent ce geste de clémence au "printemps arabe" et appellent à la libération d'autres détenus. "Nous sommes libres grâce au printemps arabe", a commenté Hassan Kettani, l'un des dirigeants du groupe Salafia Djihadia, qui avait été condamné à 20 ans d'emprisonnement. Alors que plusieurs pays d'Afrique du Nord connaissaient des révolutions, le Maroc a vu la victoire du parti de la Justice et du Développement (PJD, islamistes modérés) aux élections législatives du 25 novembre.

Mohamed VI avait tenu compte de ce résultat dans la nomination du nouveau gouvernement. En accordant sa grâce à des prisonniers islamistes, le souverain confirme sa nouvelle approche à l'égard d'un groupe qui est soupçonné d'avoir conduit des attaques violentes. "Dans ce contexte, notre pays conduit des réformes afin d'éviter le genre de tragédies qui se sont produites dans les autres pays arabes", a-t-il dit. "Une partie de la solution pacifique que notre pays a choisie est trouver une issue au problème des prisonniers politiques", a-t-il ajouté.

Les dirigeants du groupe avaient été condamnés pour incitation à la violence et pour avoir encouragé une vague d'attentats suicides qui avaient fait 45 morts à Casablanca en 2003. Les accusés ont toujours nié les charges qui pesaient contre eux. Ils ont indiqué que d'autres militants islamistes demeuraient emprisonnés.