Grève générale en Grèce, des milliers de manifestants à Athènes et Salonique

MONDE Ecoles, transports et banques notamment sont touchés par le mouvement...

E.O., avec agences
— 
Un manifestant sur la place Syntagma d'Athènes, devant le parlement, le 7 février 2012, jour d'une grève générale en Grèce.
Un manifestant sur la place Syntagma d'Athènes, devant le parlement, le 7 février 2012, jour d'une grève générale en Grèce. — Petros Giannakouris/AP/SIPA

Alors que les dirigeants grecs se réunissent pour donner leur réponse aux mesures drastiques exigées par les bailleurs de fonds d'Athènes, environ 20.000 personnes manifestent dans la capitale et à Salonique, dans le nord.

«Non aux conditions de travail médiévales, ne baissons pas la tête, faisons preuve de résistance!» ont scandé les manifestants, rassemblés sur la place Syntagma, dans le centre d'Athènes. Des policiers anti-émeute ont été déployés autour du parlement, qui donne sur la place, en prévention d'éventuelles violences.

Drapeau allemand brûlé

Des manifestants nationalistes ont brûlé un drapeau allemand et tenté d'enflammer un drapeau nazi devant le bâtiment, a constaté l’AFP. Ils ont été repoussés par les forces de l’ordre, alors qu’ils tentaient de marcher sur le parvis du parlement, en criant «voleurs, voleurs», à l’intention des députés.

Le mouvement a été lancé à l'appel des principaux syndicats du pays, GSEE (privé) et Adedy (public) pour dénoncer une politique qui menace d'entraîner le pays dans une spirale destructrice.

La grève touche tous les secteurs: écoles, ministères, hôpitaux, médias publics, banques. Aucun train ne circule dans le pays, et les salariés des transports urbains ont également marqué des arrêts de travail. En revanche, le trafic aérien ne connaît pas de perturbations.