Sénégal: L'opposition mobilise un peu

ÉLECTIONS e premier «méga-meeting» a réuni plus de 5.000 personnes...

De notre envoyée spéciale à Dakar, Armelle Le Goff

— 

Hier, place de l'Obélisque à Dakar, il y avait surtout des militants.
Hier, place de l'Obélisque à Dakar, il y avait surtout des militants. — V. WARTNER / 20 MINUTES

«Le vieux est mort, il faut l'enterrer», crachent les hauts-parleurs des partis politiques réunis hier place de l'Obélisque, à Dakar (Sénégal), pour une manifestation censée marquer le lancement officiel de la campagne présidentielle, dont le premier tour est prévu le 26 février.

Drôle de campagne. D'un côté, le président sortant, Abdoulaye Wade, surnommé «le Vieux», qui brigue un troisième mandat. De l'autre, les treize candidats et l'artiste international Youssou N'Dour, réunis au sein du M23 [Mouvement du 23 juin], dont la position est rappelée par une immense banderole «Pas d'élection présidentielle au Sénégal avec Abdoulaye Wade».

«Le mange-morts national»

Mais le petit peuple de Dakar n'avait pas fait le déplacement hier. Place de l'Obélisque, il y avait surtout des militants. «Abdoulaye Wade, le mange-morts national», dénonce la pancarte de Cheikh Backé, étudiant en histoire. Quelque 5.000 personnes acquiescent tranquillement lorsque les sonos lancent le rap du mouvement Y'en a marre, « Abdoulaye, faux pas forcer ! ».

Tout juste descendus de leurs 4x4, les candidats, arborant lunettes de soleil et costumes trois pièces, se succèdent à la tribune pour tester leurs argumentaires anti-Wade. Au-delà des militants des différents candidats, peu de Dakarois ont assisté au «méga-meeting» d'hier. L'opposition sénégalaise a réussi le symbole, pas la mobilisation.