Egypte: Des nouveaux heurts entre manifestants antirégime et policiers

© 2012 AFP

— 

De nouveaux affrontements ont éclaté vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une fraîche flambée de violences après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd.
De nouveaux affrontements ont éclaté vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une fraîche flambée de violences après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd. — Mahmud Hams afp.com

De nouveaux affrontements ont éclaté ce vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une fraîche flambée de violences après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd.

Dans un incident isolé, des bédouins ont enlevé deux touristes américaines et leur guide égyptien après avoir arrêté leur bus sur la route du monastère de Sainte-Catherine, dans le sud de la péninsule du Sinaï, selon des responsables de la sécurité. Les ravisseurs réclament la libération de proches emprisonnés.

1.482 blessés depuis jeudi

Au lendemain de heurts qui ont fait deux morts et des centaines de blessés dans le pays, les affrontements ont repris en début d'après-midi au Caire et à Suez (nord-est), selon des correspondants de l'AFP sur place. Au Caire, les policiers anti-émeutes ont tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants qui leur ont jeté des pierres près du ministère de l'Intérieur.

Des manifestants au visage masqué ont coupé les barbelés pour les franchir et provoquer des incendies dans une rue menant au ministère de l'Intérieur, alors que les pierres volaient dans toutes les directions au-dessus des têtes.

Non loin de là, des centaines de personnes étaient rassemblées pour la prière hebdomadaire sur l'emblématique place Tahrir, arborant des drapeaux et scandant des slogans hostiles au régime militaire qui gère le pays depuis la chute du régime Moubarak il y a près d'un an. Des centaines de personnes sortant de plusieurs mosquées à travers la capitale devaient pour leur part marcher en direction du Parlement. Les affrontements ont également repris entre policiers et manifestants à Suez, où ces violences ont fait deux morts dans la nuit de jeudi à vendredi selon des sources médicales.

Le ministère de l'Intérieur a fait état de 1.482 blessés dans les violences depuis jeudi.