L'heure du verdict pour Douch

— 

Rarement un homme coupable de génocide aura fait couler autant d'encre. Douch, qui dirigea le tristement célèbre S21, ancienne prison de Phnom Penh durant le génocide des Khmers rouges, doit être fixé aujourd'hui sur sa peine. Déjà condamné en première instance à trente ans de prison, il réclame à présent sa libération, estimant n'avoir été que le secrétaire d'un régime assassin. Malgré le procès, les films, les ouvrages, l'homme résiste au mystère. Aucune œuvre ne parvenant à saisir sa personnalité. « Je me souviendrai toujours du groupe de mes victimes parties civiles, qui concernaient dans leur majorité l'immense pauvreté paysanne d'un Moyen Age au présent [...] », écrit l'avocat des victimes Pierre-Olivier Sur, dans son livre Dans les yeux du bourreau. « Que peuvent-elles penser de Douch en chemise Ralph Lauren, qui récite en français des vers d'Alfred de Vigny ? » A. Le G.