Sénégal: L'opposition appelle à un «rassemblement pacifique» mardi

© 2012 AFP

— 

L'opposition sénégalaise entrée "en résistance" a appelé à manifester mardi à Dakar contre la candidature du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle de février, confirmée par le Conseil constitutionnel qui a de nouveau refusé celle du chanteur Youssou Ndour.
L'opposition sénégalaise entrée "en résistance" a appelé à manifester mardi à Dakar contre la candidature du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle de février, confirmée par le Conseil constitutionnel qui a de nouveau refusé celle du chanteur Youssou Ndour. — Toure Behan afp.com

L'opposition politique et la société civile sénégalaises réunies dans le Mouvement du 23 juin (M23) ont appelé «à un rassemblement pacifique» mardi à Dakar contre la candidature du président Abdoulaye Wade à la présidentielle de février.

«Le M23 appelle tous les citoyens à prendre part au rassemblement pacifique qu'il organise à la Place de l'Obélisque pour exiger le retrait de la candidature de Wade», indique un communiqué transmis lundi à l'AFP et signé du secrétariat permanent du mouvement. Il précise que la manifestation aura lieu à partir de 15h.

Le M23 appelle à la «résistance active»

Cet appel est lancé au lendemain de la confirmation par le Conseil constitutionnel de la candidature du président Wade, 85 ans, au pouvoir depuis 12 ans et qui se présente pour la troisième fois. Le M23 a appelé à la «résistance active» contre cette candidature, qu'il qualifie de «coup d'Etat constitutionnel».

La manifestation de mardi est prévue sur la place d'où était partie le soir du 27 janvier une vague de violences qui avait suivi l'annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature de Abdoulaye Wade et de l'invalidation de celle du chanteur vedette Youssou Ndour.

Un policier a été tué et plusieurs personnes blessées au cours de ces violences marquées par des émeutes à Dakar et dans d'autres villes du pays. Aucun bilan précis n'était pour l'heure disponible. Après avoir examiné plusieurs recours d'opposants, le Conseil constitutionnel a confirmé sa validation de la candidature du président sortant et l'invalidation de celle de Youssou Ndour.