Russie: Des opposants à la télévision officielle après des années de censure

© 2012 AFP

— 

Près de 2.000 opposants russes ont manifesté samedi à Saint-Pétersbourg contre Vladimir Poutine qui sera investi en mai président pour un troisième mandat
Près de 2.000 opposants russes ont manifesté samedi à Saint-Pétersbourg contre Vladimir Poutine qui sera investi en mai président pour un troisième mandat — Andrey Smirnov afp.com

Des leaders de l'opposition russe, dont Boris Nemtsov et Vladimir Ryjkov, sont apparus dimanche soir sur des chaînes de télévision officielle après plusieurs années de censure, s'étonnaient ce lundi la presse et les internautes russes.

L'opposant Boris Nemtsov, l'un des organisateurs des manifestations contre la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives, a critiqué ouvertement les élections du 4 décembre sur la chaîne NTV qui s'est distinguée ces derniers mois en diffusant des reportages dénigrant les opposants russes. Dimanche soir, également en prime-time, le libéral Vladimir Ryjkov a dénoncé «le parti de voleurs et de fripouilles» de Vladimir Poutine sur la chaîne Pervy (Première).

Brève apparition de Garry Kasparov

«Un miracle a eu lieu dimanche soir à la télévision officielle: pour la première fois depuis des années, les chaînes NTV et Pervy ont donné la parole à l'opposition», a écrit sur le site de la radio indépendante Echo de Moscou l'ex-ministre russe de l'Economie Andreï Netchaïev.

La semaine dernière, d'autres opposants comme l'ex-champion des échecs Garry Kasparov et un ancien conseiller économique de Vladimir Poutine passé à l'opposition, Andreï Illarionov, étaient apparus brièvement à la télévision officielle. Après les dernières manifestations qui ont mobilisé des dizaines de milliers de personnes en Russie, «le Kremlin à décidé qu'en autorisant l'apparition des opposants, il pourra garder le pouvoir», a estimé l'expert des media Daniil Dandoureï.

Le régime russe est confronté depuis décembre à la plus importante vague de contestation depuis que Vladimir Poutine a pris la tête du pays en 2000. Elle a été déclenchée par des législatives marquées par des fraudes, selon l'opposition et des observateurs étrangers. La popularité de Vladimir Poutine, Premier ministre depuis près de quatre ans, est en baisse, mais il reste le grand favori de la présidentielle de mars, à l'issue de laquelle il compte revenir au Kremlin qu'il avait dû quitter après deux mandats consécutifs (2000-2008).