Après Paris, le président afghan, Hamid Karzaï, est attendu à Londres ce samedi

Reuters

— 

Le président afghan Hamid Karzaï et le Premier ministre britannique David Cameron doivent se rencontrer ce samedi pour signer un partenariat définissant la façon dont leurs deux pays coopèreront après le départ des militaires britanniques en 2014.

Karzaï devait se rendre à Londres le mois dernier, dans la foulée de la conférence de Bonn sur l'avenir de l'Afghanistan, mais avait dû rentrer plus tôt que prévu à Kaboul en raison d'une série d'attentats à la bombe.

Les deux dirigeants devraient discuter de la sécurité en Afghanistan, des réformes politiques et du soutien que la communauté internaitonale pourra apporter au pays après 2014.

Les pays occidentaux prévoient de retirer leurs forces de combat avant la fin 2014 en laissant le soin d'assurer la sécurité du pays à l'armée afghane.

Le nouvel accord que doivent signer Cameron et Karzaï actualise un pacte signé en 2005 et définit les futures relations en matière de politique, de sécurité, de gouvernance, de justice, d'économie, de développement social et de culture, ont indiqué des responsables britanniques.

La guerre en Afghanistan est de plus en plus impopulaire dans les pays occidentaux, dont les dirigeants sont pressés par les électeurs de rapatrier leurs troupes.

Vendredi, le ministère britannique de la Défense a annoncé la mort d'un soldat lors d'une patrouille dans la province du Helmand. Ce décès porte à 397 le nombre de Britanniques tués en Afghanistan depuis octobre 2001.

Londres ne souhaite laisser en Afghanistan après 2014 que des soldats chargés d'une mission de formation. David Cameron a promis de réduire le contingent de 500 soldats avant fin 2012, sur les 9.500 actuellement sur place.

Hamid Karzaï se trouvait vendredi à Paris pour y rencontrer le président français Nicolas Sarkozy. Ce dernier a annoncé que le retrait du contingent français serait avancé d'un an à fin 2013