Primaires républicaines: Des cadres du parti appellent les républicains à ne pas se mettre à dos l'électorat latino

ETATS-UNIS Après plusieurs sorties violentes des candidats à l'investiture...

Reuters

— 

Michele Bachmann, Mitt Romney et Rick Perry (de gauche, à droite, au centre).
Michele Bachmann, Mitt Romney et Rick Perry (de gauche, à droite, au centre). — D. MOLOSHOK / REUTERS

Deux responsables républicains de premier plan en Floride, Marco Rubio et Jeb Bush, ont appelé leur parti à se montrer plus mesuré dans ses positions contre l'immigration illégale, au risque de voir se détourner l'électorat latino-américain, qui pourrait s'avérer capital pour la présidentielle de novembre.

A quatre jours de la primaire de mardi en Floride, les candidats à l'investiture s'efforcent de courtiser l'électorat hispanique. «Nous devons admettre que certains parmi nous ont eu recours à une rhétorique violente, intolérable et inexcusable», a accusé vendredi le sénateur Marco Rubio lors d'un discours au Hispanic Leadership Network, à Miami. «Et nous devons admettre, moi y compris, que nous avons parfois été trop lents à condamner ce type de discours», a-t-il ajouté.

Rubio, lui-même américain d'origine cubaine, s'est rallié à la frange croissante de responsables de son parti qui jugent que le discours des plus radicaux des leurs entre en conflit avec les efforts envers les hispaniques.

«Vous les faites fuir»

L'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush, frère cadet de l'ancien président George W. Bush, a lui aussi appelé le camp républicain à modérer ses propos. «Les Hispaniques écoutent les débats et je pense que vous les faites fuir. Ce n'est pas une bonne chose», a-t-il prévenu jeudi soir.

La primaire de Floride, mardi, représente pour les quatre candidats encore en lice -Mitt Romney, Newt Gingrich, Rick Santorum et Ron Paul- la première occasion de mesurer leur soutien parmi la communauté latino.

Celui d'entre eux qui affrontera Barack Obama lors de la présidentielle du 6 novembre pourra difficilement espérer l'emporter sans le soutien de cette minorité, qui connaît la croissance démographique la plus rapide aux Etats-Unis.

La Floride accueille la troisième communauté hispanique américaine, après celle de Californie et celle du Texas. Selon les données collectées par le Pew Hispanic Center, les latino-américains représentent plus de 13% des 11,2 millions d'électeurs inscrits de l'Etat.