Syrie: La Russie rappelée à l'ordre pour ses ventes d'armes

Reuters

— 

Les représentants permanent de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis à l'Onu ont dénoncé avec force ce mardi les ventes d'armes russes à la Syrie, où la répression du soulèvement antigouvernemental se poursuit.

"Nous sommes préoccupés par les livraisons d'armes en Syrie, qu'il s'agisse de ventes au gouvernement ou de contrebande au profit du régime ou de l'opposition", a déclaré le Britannique Mark Lyall Grant, lors d'un débat sur le Proche-Orient au Conseil de sécurité.

Sans mentionner la Russie, le diplomate a évoqué une interview dans laquelle un membre de l'administration russe assurait que les ventes d'armes de son pays n'avaient aucun effet sur la situation en Syrie.

"Nous sommes fondamentalement en désaccord. Il est plus qu'évident que transférer des armes dans le cadre d'une situation instable et violente est irresponsable et ne fait qu'aggraver le bain de sang", s'est-il indigné.

Son homologue français Gérard Araud a quant à lui jugé "inacceptable que certains Etats, y compris au sein de ce Conseil, continuent à fournir les vecteurs de la violence" dont la population syrienne est victime.

"Nous invitons les pays fournisseurs à cesser de leur propre chef les transferts d'armements (...) et nous encourageons toutes les nations à coopérer aux efforts déployés de plus en plus largement pour tarir le flux d'armes à destination du régime", a ajouté Susan Rice, ambassadrice des Etats-Unis à l'Onu.

La Syrie a acheté pour 700 millions de dollars d'armements à la Russie en 2010, ce qui représente sept pour cent des ventes russes à l'étranger dans ce secteur, selon le cercle de réflexion russe Cast.