Maroc; Un islamiste meurt après avoir secouru un chômeur

Reuters

— 

Le principal parti islamiste d'opposition marocain a annoncé qu'un de ses membres avait succombé ce mardi à ses blessures reçues en portant secours ce week-end à Rabat à un jeune chômeur diplômé qui s'était immolé par le feu pour protester contre le chômage.

Trois chômeurs diplômés ont accompli ce geste de désespoir pour exiger des autorités la création de milliers de postes dans la fonction publique. Ils ont survécu mais l'un des trois se trouve toujours en soins intensifs.

Selon un porte-parole du mouvement islamiste d'opposition Al Adl wal Ihsane (Justice et Spiritualité), son militant Abdelwahab Zidoun est décédé dans un hôpital de Casablanca. Il était âgé de 27 ans.

Al Idl a imputé la responsabilité de sa mort au pouvoir, qui aurait empêché que des vivres et de l'eau parviennent à ce militant et aux autres chômeurs diplômés qui occupent un local du ministère de l'Education à Rabat.

Le ministre de la Communication, Mustafa el Khali, a pour sa part rejeté ces accusations, affirmant que "la liberté de manifester est garantie par la loi".

Il a évoqué "un incident triste et tragique que nous ne souhaitons à aucun de nos jeunes (...) Notre priorité est de donner du travail aux chômeurs dans le cadre des négociations menées avec eux".

Les immolations de Rabat rappellent celle du jeune Mohamed Bouazizi, un vendeur de fruits et légumes qui s'était immolé par le feu en décembre en Tunisie et dont l'acte avait déclenché "la révolution de jasmin" qui a chassé le président Zine ben Ali du pouvoir et inspiré d'autres soulèvements dans le monde arabe.

Au Maroc, le roi Mohammed VI avait réagi rapidement aux manifestations de rues de la fin 2011 en introduisant des réformes politiques et en avançant les élections législatives qui ont amené pour la première fois dans le royaume les islamistes du PJD au pouvoir.

Près d'un tiers des jeunes Marocains sont au chômage et un quart des 33 millions de Marocains sont touchés par la pauvreté.