Yémen: Les combattants d'Al-Qaïda acceptent d'évacuer Radah

© 2012 AFP

— 

Les combattants d'Al-Qaïda ont accepté mardi, au terme d'une médiation tribale, d'évacuer Radah, une ville du centre du Yémen, qu'ils ont conquise il y a plus d'une semaine, a annoncé à l'AFP une source militaire.
Les combattants d'Al-Qaïda ont accepté mardi, au terme d'une médiation tribale, d'évacuer Radah, une ville du centre du Yémen, qu'ils ont conquise il y a plus d'une semaine, a annoncé à l'AFP une source militaire. — afp.com

Les combattants d'Al-Qaïda ont accepté mardi, au terme d'une médiation tribale, d'évacuer Radah, une ville du centre du Yémen, qu'ils avaient conquise il y a plus d'une semaine, a annoncé à l'AFP une source militaire.

"Une médiation tribale conduite par cheikh Hached Fadhl al-Qawsi a réussi, au bout de trois jours de négociations, à convaincre les hommes armés d'Al-Qaïda d'évacuer Radah", a déclaré à l'AFP un haut responsable de la commission militaire chargée de la normalisation de situation sécuritaire au Yémen dans le cadre de l'accord de sortie de crise dans ce pays.

"Les hommes d'Al-Qaïda ont commencé à évacuer les bâtiments publics où ils s'étaient installés" après avoir pris la ville le 16 janvier, a ajouté le responsable qui a requis l'anonymat.

"Ils quittent les lieux sans résistance", a-t-il assuré, sans pour autant préciser ce que les insurgés auraient obtenu en échange de leur retrait.

Un dignitaire de la région, Ahmed Kalaz, a confirmé à l'AFP le retrait des islamistes, conduits par Tarek al-Dahab, un beau-frère de l'imam radical américano-yéménite Anwar Al-Aulaqi, tué le 30 septembre dans une frappe américaine au Yémen.