Le Conseil de l'Europe menace la Bosnie pour ses pour ses clivages ethniques

Avec Reuters

— 

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a menacé mardi de sanctionner la Bosnie-Herzégovine si elle ne réforme pas sa constitution pour dépasser les clivages ethniques hérités des accords de Dayton, qui paralysent ses institutions.

Les parlementaires avertissent les autorités bosniaques qu'ils examineront «toute action qui s'avérerait nécessaire» lors de leur session du mois d'avril à Strasbourg, soit une menace de sanction qui pourrait consister en une suspension des droits de vote de la délégation de Sarajevo. «Il est grand temps de passer d'une situation d'ethnocratie à une situation de véritable démocratie», a affirmé la députée norvégienne Karin Woldseth (Groupe des démocrates européens), rapporteur d'un projet de résolution sur les institutions démocratiques en Bosnie-Herzégovine.

Amender la Constitution

Le texte, adopté à une très large majorité par l'Assemblée de Strasbourg, invite le parlement bosniaque à adopter des amendements constitutionnels qui assouplissent ou suppriment le système du vote par entités en son sein. L'ancienne république yougoslave est sans gouvernement depuis les élections générales d'octobre 2010 mais une issue à la crise est espérée depuis la nomination fin décembre du bosno-croate Vjekoslav Bevanda au poste de Premier ministre.

Les accords de Dayton, qui ont mis fin en 1995 à la guerre entre Musulmans, Serbes et Croates, ont mis en place une complexe architecture institutionnelle fondée sur deux entités et une représentation paritaire des trois ethnies à la présidence et au parlement.