Le Canada va expulser un Rwandais soupçonné de génocide

Reuters

— 

Les autorités canadiennes ont annoncé lundi leur intention de renvoyer rapidement dans son pays natal un ressortissant rwandais, Léon Mugesera, accusé de crimes contre l'humanité et d'incitation au génocide lors des massacres de quelque 800.000 Tutsis et Hutus modérés au printemps 1994.

Mugesara a ainsi perdu la bataille juridique menée depuis 16 ans pour rester au Canada, où il a enseigné dans la ville de Québec. Il affirme redouter d'être torturé ou tué s'il retourne au Rwanda.

"Je ne suis pas au courant de quelconques problèmes juridiques en suspens (...) nous le renverrons dès que ce sera possible aux yeux de la loi", a déclaré à l'agence Reuters un responsable fédéral canadien.

En 2005, la Cour suprême du Canada avait estimé qu'un discours prononcé en 1992 par Mugesera au Rwanda constituait un crime contre l'humanité parce qu'il incitait les Hutus à massacrer les Tutsis, qualifiés de "cafards" dignes d'être exterminés.

La défense estime quant à elle que son client est un homme intègre qui avait hébergé chez lui des Tutsis pour les protéger.

Le Comité des Nations unies contre la torture avait demandé que Mugesera ne soit pas expulsé tant que son cas ne serait pas examiné par un groupe d'experts. Ottawa avait toutefois poussé dans le sens d'une demande d'expulsion.