La libération de prisonniers talibans n'est pas à l'ordre du jour, selon Etats-Unis

Reuters

— 

Les Etats-Unis n'ont pas décidé s'ils allaient libérer les cinq prisonniers détenus à Guantanamo pour favoriser le processus de paix en gestation avec les talibans, a déclaré dimanche le représentant spécial des Etats-Unis en Afghanistan et au Pakistan.

Après deux jours de discussions à Kaboul avec le président afghan Hamid Karzaï et ses conseillers, Marc Grossman s'est déclaré en accord avec la requête du gouvernement afghan, qui souhaite que les négociations se tiennent sous l'égide d'un «processus de paix entre Afghans». Il a également dit que toute libération de prisonniers talibans devrait être entérinée par le Congrès américain.

Karzaï hausse le ton

«Nous n'avons pas pris de décision et ce n'est pas une surprise pour vous si je vous dis que c'est une question de législation pour les Etats-Unis. Nous devons remplir les conditions de notre législation», a dit Marc Grossman. Les talibans ont annoncé ce mois-ci l'ouverture d'une antenne politique au Qatar, prélude à des pourparlers de paix avec les Etats-Unis et leurs alliés, ce qui est considéré par leurs partisans comme la meilleure porte de sortie d'une guerre qui dure depuis dix ans, avant le retrait des troupes de combat étrangères en 2014.

L'organisation islamiste a demandé comme mesure destinée à restaurer la confiance que cinq responsables détenus à Guantanamo soient libérés. Mais Hamid Karzaï a déclaré samedi après avoir rencontré Marc Grossman que l'Afghanistan «n'était pas un lieu d'expérimentation politique pour étrangers», plaidant pour un meilleur contrôle du processus de paix par les Afghans.