Les Croates votent sur l'adhésion de leur pays à l'Union européenne

UNION EUROPENNE Les Croates ont commencé à voter ce dimanche lors d'un référendum...

© 2012 AFP

— 

Ancienne république yougoslave, la Croatie a proclamé son indépendance en 1991, démarche suivie d'une guerre de quatre ans avec les rebelles serbes, faisant 20.000 morts.
Ancienne république yougoslave, la Croatie a proclamé son indépendance en 1991, démarche suivie d'une guerre de quatre ans avec les rebelles serbes, faisant 20.000 morts. — afp.com

Les Croates ont commencé à voter ce dimanche lors du référendum portant sur l'adhésion de leur pays à l'Union européenne, "objectif crucial" pour cette jeune république, 20 ans après la reconnaissance par la communauté internationale de son indépendance de l'ex-Yougoslavie.

Le oui, qui a besoin d'une majorité simple pour s'imposer, devrait l'emporter avec 55% à 60% des voix. Le non tourne autour de 30%, selon les derniers sondages.

Les électeurs devraient dire oui à l'UE malgré les réticences alimentées par la crise de la zone euro, permettant ainsi à leur pays de devenir en 2013 le 28e Etat membre du bloc européen.

Eglise pro-européenne

"Vous allez prendre une des plus importantes décisions de l'histoire de la Croatie", avait déclaré vendredi le président croate Ivo Josipovic, fervent défenseur de l'adhésion.

L'Eglise catholique, particulièrement influente dans ce pays de 4,2 millions d'habitants, et le Parlement, ont rejoint le choeur des pro-européens.

Ancienne république yougoslave, la Croatie a proclamé son indépendance en 1991, démarche suivie d'une guerre de quatre ans avec les rebelles serbes, faisant 20.000 morts.

Crise économique européenne

L'enthousiasme pro-européen, qui avait grimpé à plus de 80% dans les sondages en 2003, s'est estompé au fil des négociations (2005-2011), en raison des durs critères fixés par Bruxelles, dont l'intransigeance était parfois perçue comme du chantage, mais surtout en raison de la crise économique qui secoue l'UE.

Les autorités se sont efforcées de dissocier la crise de la zone euro de la crise économique dont souffre la Croatie - qui nourrit les réticences de la population à l'égard de l'UE -, allant jusqu'à assurer aux électeurs que l'adhésion leur apporterait "un environnement financier et macroéconomique stable (...), ce qui va relancer le développement de l'économie".

Si le oui l'emporte, le traité d'adhésion que la Croatie a signé en décembre devra encore être ratifié par chacun des 27 Etats membres de l'UE, décision entérinant son intégration dans le bloc européen, le 1er juillet 2013.