USA 2012: Newt Gingrich se relance après sa victoire en Caroline du Sud

P.B. avec Reuters

— 

Le républicain Newt Gingrich s'est imposé en Caroline du Sud, le 21 janvier 2012.
Le républicain Newt Gingrich s'est imposé en Caroline du Sud, le 21 janvier 2012. — P.SANCYA/AP/SIPA

Cette primaire républicaine est plus volatile que jamais. Donné gagnant il y a une semaine, Mitt Romney s'est pris les pieds dans le tapis et s'est lourdement incliné face à Newt Gingrich, samedi soir, en Caroline du Sud. Il ne remporte que 28% des suffrages, contre 40% à son adversaire. Rick Santorum (17%), et Ron Paul, qui avait fait l'impasse sur cet Etat conservateur (13%), sont loin derrière.

>> Notre guide des primaires républicaines pour s'y retrouver est ici

Du coup, tout est relancé. Gingrich remporte en effet 23 des 25 délégués en jeu et revient à hauteur de Romney. Santorum a indiqué qu'il continuait la course au moins jusqu'en Floride, dans 10 jours. En cas de contreperformance, il pourrait jeter l'éponge et selon toute vraisemblance appeler à soutenir Gingrich, comme Perry l'a fait avant lui.

Romney a prévenu que la course serait longue. Sa performance lors du dernier débat et ses tergiversations autour de sa déclaration d'impôts, qu'il refuse de dévoiler en détails avant avril prochain, ont donné un coup de boost à Gingrich. Au milieu, Ron Paul devrait pouvoir continuer sa route et bien figurer dans plusieurs Etats, se posant en potentiel arbitre –à moins qu'il ne décide de se présenter en 3e candidat comme Ross Perot en 1992 et 1996.

«Nous avons la capacité d'atteindre beaucoup de gens et de communiquer avec eux sans dépenser des millions de dollars en publicité», a déclaré Gingrich à Fox Business, décrochant une pique à Romney, millionnaire, qui dispose d'un budget de campagne supérieur aux autres candidats. Dans son discours victorieux de 22 minutes, il s'en est surtout pris à Obama., qualifié de président «faible» et de «socialiste extrémiste» à plusieurs reprises.

Pour la prochaine manche, en Floride, le 31 janvier, Romney peut compter sur un terrain plus favorable, avec un Etat beaucoup moins conservateur. Mais il est averti: depuis 1980, la Caroline du Sud a toujours voté pour celui qui serait au final le candidat à la présidentielle.