Egypte: L'armée gracie près de 2.000 détenus

Reuters

— 

L'armée, au pouvoir en Egypte, a gracié 1.959 personnes condamnées par des tribunaux militaires depuis la chute, il y a onze mois, du président Hosni Moubarak. Parmi les bénéficiaires de cette mesure figure l'opposant Michael Nabil, qui a failli mourir des suites d'une grève de la faim.

Selon la chaîne de télévision publique Al Nil, le maréchal Hussein Tantaoui, président du Conseil suprême des forces armées (CSFA, au pouvoir), a signé un décret en ce sens à quatre jours du premier anniversaire, le 25 janvier, de la «révolution du Nil». On ignore pour le moment combien de détenus ont effectivement été libérés.

Michael Nabil, emprisonné sur décision d'un tribunal militaire pour avoir diffamé l'armée, avait vu sa peine commuée de trois à deux ans de réclusion en décembre à la suite de l'émotion suscitée dans le monde par sa condamnation. Ce jeune homme de 25 ans avait été interpellé en mars et avait entamé une grève de la faim pour protester contre sa condamnation motivée par des propos mis en ligne dans lesquels il affirmait que les généraux avaient essayé de mater le soulèvement contre Hosni Moubarak.

D'après un groupe de pression crée après la révolte, «No to Military Trials» («Non aux tribunaux militaires»), la justice militaire a traité pas moins de 12.000 affaires depuis février. Cette ONG affirme que les condamnations sont le plus souvent rendues très rapidement et à huis clos, en l'absence d'avocats de la défense.